Signes






vol. 43, no 1
octobre - décembre 2007


   
 
Liminaire
Jusqu’où irons-nous ?
 

En mai dernier, le gouvernement britannique approuvait un projet de loi autorisant la création d’embryons hybrides (humains et animaux) pour la recherche. L’orgueil de l’être humain et son arrogance n’ont donc pas de fin ! Dans son effort pour se passer de Dieu, l’homme pousse toujours plus loin l’audace, sans égard pour la dignité de la personne humaine ni pour les lois de la nature (cf. p. 57). Il ne respecte plus rien, obnubilé qu’il est par le fallacieux souci de repousser les limites de ses propres capacités et d’atteindre un utopique contrôle sur l’univers. Pour cela, il est prêt à investir temps et argent, mais pas à se laisser dicter la conduite à tenir, ni à supporter quelque limite que ce soit à son ambition ou à sa volonté (cf. p. 45).

Et nous, comment allons-nous mieux user de notre liberté ? Allons-nous oser l’amour vrai (cf. p. 53) et accueillir, avec un cœur rempli de reconnaissance (cf. p. 14), le Seigneur qui vient (cf. p. 6) avec l’humilité d’un tout-petit (cf. couv. 2) ? Sommes-nous prêts à nous compromettre (cf. p. 16) pour lui ? La Journée missionnaire mondiale du 21 octobre, dont le thème est : Allons, proclamons l’Évangile !, veut nous stimuler à porter le feu de la Parole avec ardeur et enthousiasme. Irons-nous jusque-là ?

Avec la grâce de Dieu, c’est possible. Dans sa magnanimité, le Seigneur donne à l’humanité une nourriture pour la route : l’Eucharistie (cf. p. 49). Mystérieusement, imperceptiblement, le Christ y sauve tous les hommes et les femmes de bonne volonté (cf. p. 10). Puissent les chrétiens toujours mieux se disposer le cœur à profiter d’une telle grâce, comme l’ont fait les jeunes de la région montréalaise par des rencontres préparatoires au Congrès eucharistique international de 2008 (cf. p. 3). Pour sa part, Signes offre, cette année encore, de nouvelles chroniques (cf. p. 2). Puissent-elles soutenir notre marche à la suite de Jésus et nous stimuler à repousser nos limites pour le Christ.


Diane POIRIER
Je veux me procurer Signes ? Cliquer ici.
Je veux lire d'autres pages sur le CEI et l'Eucharistie ? Cliquer ici.
 
[HAUT]
~oOo~
 
 
Présentation du Volume 43


Lorsque l’on parle de l’Église, il n’est pas rare que l’on utilise des expressions référant à la lenteur, ou même à la préhistoire. Et pourtant, combien d’initiatives géniales ont prises les derniers papes ! Combien de projets innovateurs ont été suscités par le Vatican ! À titre d’exemples récents : qui a promu avec insistance la remise totale de la dette des pays pauvres par les pays riches ? Qui a rassemblé, à Assise, les chefs de toutes les religions du monde en une rencontre de prière pour la paix ? [...]

L’Église n’a jamais boudé le progrès et son site (www.vatican.va) en témoigne. Une des facettes les moins connues de l’enseignement qu’elle dispense reste sa doctrine sociale. C’est pourquoi, cette année, Signes traitera de ce sujet en abordant un aspect ou l’autre de la doctrine sociale de l’Église. [...]
   

La RÉDACTION
(L'article complet est dans la revue Signes, vol. 43, no 1)
Je veux me procurer Signes ? Cliquer ici.
 
[HAUT]
~oOo~


Oui, je le veux !


Oui, je le veux ! Yes, I do ! Étonnant, ce thème de la Montée jeunesse 2007 ? Pas pour les 900 jeunes réunis à Québec. Ils venaient se préparer au Congrès eucharistique international de juin 2008 en approfondissant le sens de l’Eucharistie, à la lumière de l’alliance conjugale vécue selon le plan d’amour de Dieu. Mon cœur déborde d’enthousiasme en savourant les souvenirs inoubliables qui m’en restent. Ils me porteront sûrement, durant la prochaine année, jusqu’au Congrès. Car voilà bien l’événement ecclésial extraordinaire vers lequel culminent actuellement tant de projets d’évangélisation pour dynamiser la foi de notre pays ! [...]


Isabelle VENNE
(L'article complet est dans la revue Signes, vol. 43, no 1)
Je veux me procurer Signes ? Cliquer ici.

[HAUT]
~oOo~


La Grâce de Noël


LPère Brien, dans son homélie du 25 décembre 1984 commentant Is 9, 1-4 et Lc 2, 1-14, nous rappelle la plénitude du don de Dieu cachée sous d’humbles traits [...].


Dieu nous aime !

Comment se peut-il qu’après une manifestation aussi merveilleuse d’amour, les hommes se pensent toujours mal aimés ? Que font-ils de cette parole : Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur terre aux hommes qu’il aime !. De cet amour, on cherche partout la trace ; et de la paix, donc ! Pourtant, dans la nuit de Noël, Amour et Paix sont venus sur la terre, et apparus sous les traits de la Grâce. Paul l’écrit à Tite : La grâce de Dieu s’est manifestée.

Dans la grâce, la plupart ne voient qu’un adjuvant surnaturel dont ils ne sentent guère le besoin. Il y a davantage : la grâce est plus qu’un moyen, elle est Quelqu’un. Et ce Quelqu’un, c’est la Grâce avec un grand G ; tout comme l’amour, ce n’est pas qu’une vertu, c’est aussi Quelqu’un : l’Amour avec un grand A. Et la Grâce s’est donné un visage pour ouvrir les yeux des gens qui ne voient pas ; et ce visage a revêtu les traits d’un Enfant aimant, tout gracieux. [...] L’Ange avait dit : Voilà le signe qui vous est donné . Pourquoi en chercher un autre ? [...]

De la Grâce venue sur terre implorons donc, les uns pour les autres, cette sainteté dont notre monde perçoit à peine sa privation. Ce dont ce monde a besoin, ce n’est pas de nos talents, de nos diplômes, de nos richesses, ni de nos forces, physiques ou autres, c’est de notre désistement. Nous désister, c’est nous rendre sans condition. À Loyola, dans la chambre où s’opéra la conversion d’Ignace, se trouve un petit autel surmonté d’une inscription : C’est ici qu’Inigo de Loyola se rendit au Seigneur. Et le bon Dieu put alors faire de lui un grand saint.

 
Ludger BRIEN, S.J.
(L'article complet est dans la revue Signes, vol. 43, no 1)
Je veux me procurer Signes ? Cliquer ici.

[HAUT]
~oOo~
 
 
Nos pères dans la foi
Charles Journet


Lecteur passionné des conférences du Cardinal Charles Journet et grand admirateur de sa pensée comme de son enseignement, ce n’est pas sans une certaine joie que j’ai accepté d’en parler dans la chronique Nos Pères dans la foi. Mais, en même temps, c’est aussi avec une sorte de vertige, car l’œuvre du Cardinal Journet est tellement immense qu’on ne sait plus par où commencer, ni comment éviter d’en oublier un aspect ou l’autre ! En faisant l’inventaire de ses conférences, j’ai constaté qu’il m’en reste encore une dizaine à lire sur 33. Outre certains de ses volumes, j’ai donc absorbé, jusqu’à maintenant, environ 3 500 pages. Ouf !


Le Cardinal Journet, éminent théologien suisse, a vécu de 1891 à 1975. Nommé Cardinal par le pape Paul VI en 1965, il fut, avec Jacques Maritain, l’une des consciences morales de l’Europe face à la barbarie totalitaire qui dévasta ce continent sous la forme du nazisme, puis du communisme.

Ce qui me fascine chez le Cardinal Journet, c’est la diversité des sujets qu’il aborde et sa facilité, en conférence, à vulgariser des questions complexes pour moi, profane. L’actualité des sujets traités, l’éclairage qu’il apporte sur les thèmes qui préoccupent l’homme des 20e et 21e siècles ainsi que l’aisance avec laquelle il parle des divers aspects de la foi sont renversants, tout comme ses connaissances sur l’humanité et l’univers.


Hors de l’Église...

Dans ses conférences du 24 et du 31 octobre 1959, il aborde l’axiome Hors de l’Église point de salut, axiome qui, selon ses propres mots, blesse si souvent les âmes. S’il en réaffirme la vérité avec force, il pose pertinemment la question : Qui fait partie de l’Église ? Il y a, selon le Cardinal Journet, trois sortes d’appartenance à l’Église. [...]
   

Yves RACICOT
(Suite de l'article dans la revue Signes, vol. 43, no 1)
Je veux me procurer Signes ? Cliquer ici.
Je veux lire la 2e partie de cet article ? Cliquer ici.
  Je veux lire un autre extrait d'article sur nos pères dans la foi ?
Saint Augustin Cliquer ici.
Saint Basile Cliquer ici.
Saint Cyprien, un exemple de courage Cliquer ici.
Enfin, un saint « ordinaire » ! Saint Grégoire de Nysse Cliquer ici.
Ignace d'Antioche Cliquer ici.
Irénée de Lyon Cliquer ici.
Jean Chrysostome, une vie mouvementée ! Cliquer ici.
Le bouillant saint Jérôme Cliquer ici.
Saint Justin : de la recherche au témoignage Cliquer ici.
À la recherche de Maîtres Cliquer ici.

[HAUT]
~oOo~
 
 
Un coeur reconnaissant


Quelle merveille de voir un bébé réaliser progressivement que la personne chaleureuse et aimante pourvoyant à tous ses besoins, c’est sa mère ! Cette découverte suscite en lui une réponse pleine de joie et d’amour. Comblé, l’enfant pense d’abord que tout lui appartient ou lui est dû. Progressivement, on lui apprendra à dire « Merci ». [...]

Cette gratitude est-elle bien ancrée dans nos coutumes ? À observer nos relations sociales, on dirait plutôt que nous en avons perdu l’habitude. [...] Jésus lui-même, dans l’Évangile, n’a-t-il pas été déçu de voir seulement un des dix lépreux guéris venir le remercier ? [...]


Monique VIAU
(L'article complet est dans la revue Signes, vol. 43, no 1)
Je veux me procurer Signes ? Cliquer ici.
 
[HAUT]
~oOo~
 
 
Mon anecdote
« J’irai, pour vous faire plaisir »


Madame X (appelons-la Madeleine) habite une belle résidence pour personnes âgées autonomes depuis un peu plus d’un an. Elle y est heureuse et s’est fait de nombreux amis, hommes et femmes. Catholique fervente, elle n’hésite pas à témoigner de ses convictions religieuses profondes, au risque de s’attirer des boutades et même des commentaires du genre : Tu crois encore à ça, toi ? ou encore : Pourtant tu n’as pas l’air arriérée. Madeleine ne s’offense pas de ces réflexions mais persiste dans l’expression joyeuse de sa foi. [...] Un jour, on l’invite à un tournoi quelconque pour lequel elle n’éprouve aucun intérêt. [...]


Jeanne
(L'article complet est dans la revue Signes, vol. 43, no 1)
Je veux me procurer Signes ? Cliquer ici.
 
[HAUT]
~oOo~
 
 
Quand tu veux prier
La première après Dieu


Il y a des jours dans l’existence où on sent qu’on ne peut plus se contenter des saints patrons. Soit dit sans offenser personne... Alors, il faut prendre son courage à deux mains et s’adresser directement à celle qui est au-dessus de tout. Être hardi. Une fois. S’adresser hardiment à celle qui est infiniment belle. [...]


Charles PÉGUY
Le porche du mystère de la deuxième vertu
(L'article complet est dans la revue Signes, vol. 43, no 1)
Je veux me procurer Signes ? Cliquer ici.
 
[HAUT]
~oOo~
 
 
Volonté de Dieu et liberté humaine


Dieu et sa volonté

La Sagesse même, Dieu sait tout et comprend tout. Étant Amour, il ne souhaite rien d’autre que notre bonheur en plénitude. Or, il nous connaît mieux que personne puisqu’il nous a faits : il sait nos talents, nos capacités et nos limites, la moindre de nos faiblesses comme les failles de notre personnalité. De plus, il connaît notre histoire ; l’avenir autant que le passé sont devant ses yeux... Et il nous aime !

Ce que Dieu souhaite pour nous, sa volonté, son dessein, voilà ce qui peut nous arriver de mieux. Les choix qu’il veut pour nous sont ceux qui, au bout du compte, nous rendront le plus épanouis intérieurement, libres de tout esclavage, matures aux plans humain et spirituel,... heureux quoi ! Mais Dieu ne nous apparaîtra jamais pour nous dire quoi faire. Il se refuse à nous conditionner, préférant de loin que nous choisissions d’aimer. Infiniment respectueux de notre liberté, il aime mieux avoir des enfants rebelles que des marionnettes obéissantes. [...]


La liberté de l'homme

Bien qu’elle soit hypothéquée, nous sommes jaloux de notre liberté. Mais quelle liberté revendiquons-nous, au juste ? Celle de « faire à notre guise », « d’agir comme il nous plaît » ? Pourtant, qui prête l’oreille aux propos de ses concitoyens découvre aisément que nul n’est vraiment et pleinement libre. Les « je n’ai pas pu m’en empêcher, c’est plus fort que moi, je ne peux faire autrement », « je ne voulais pas dire cela, c’est sorti tout seul », etc. le prouvent. La liberté que nous défendons de toutes nos forces, engendre souvent un esclavage, celui de nos caprices, de nos pulsions et de nos peurs.


Les Exercices spirituels au service de la liberté

Les Exercices de saint Ignace offrent un moyen excellent, pour ainsi dire une thérapie spirituelle, destiné à guérir notre liberté blessée. Cette expérience de foi veut nous disposer à découvrir la volonté de Dieu sur nous et nous amener à y consentir de tout cœur. Elle offre l’avantage de favoriser des choix éclairés par la lumière divine, la prière et la réflexion ; de susciter des décisions pleinement libres, devant lesquelles l’âme se sent paisible et satisfaite, sûre (quoi qu’il advienne) de ne pas s’être trompée. [...]

Pourquoi ne pas implorer cette grâce ?


Diane POIRIER
(L'article complet est dans la revue Signes, vol. 43, no 1)
Je veux me procurer Signes ? Cliquer ici.
 
[HAUT]
~oOo~
 
 
L’Eucharistie, mystère à croire


Le prochain Congrès eucharistique international qui aura lieu à Québec du 15 au 22 juin 2008 est une occasion favorable d’approfondir notre connaissance et notre attachement à ce sacrement. À cet effet, nous présentons ici des extraits de l’Exhortation post-synodale Sacramentum caritatis de Benoît XVI (22 février 2007) portant sur l’Eucharistie, source et sommet de la vie du monde et de la mission de l’Église. Il s’agit ici d’un premier de trois articles et il met l’accent sur l’introduction et la première partie du texte. D. G.


Sacrement de l’amour, la sainte Eucharistie est le don que Jésus Christ fait de lui-même, nous révélant l’amour infini de Dieu pour tout homme. [...] Dans le Sacrement de l’autel, le Seigneur vient à la rencontre de l’homme, créé à l’image et à la ressemblance de Dieu (cf. Gn 1, 27), se faisant son compagnon de route. Puisque seule la vérité peut nous rendre vraiment libres (cf. Jn 8, 36), le Christ se fait pour nous nourriture de Vérité. [...] Le banquet eucharistique est pour nous une réelle anticipation du banquet final, annoncé par les prophètes (cf. Is 25, 6-9) et décrit par le Nouveau Testament comme les noces de l’Agneau (Ap 19, 7-9), qui doivent se célébrer dans la joie de la communion des saints. [...]


(L'article complet est dans la revue Signes, vol. 43, no 1)
Je
 veux me procurer Signes ? Cliquer ici.
Je veux lire la 2e partie de cet article ? Cliquer ici.
Je veux lire la 3e partie de cet article ? Cliquer ici.
Je veux lire d'autres pages sur le CEI et l'Eucharistie ? Cliquer ici.
 
[HAUT]
~oOo~
 
 
Oser l’amour


Dans son message aux jeunes (cf. Signes vol. 42 no 4) à l’occasion de la JMJ 2007 (1er avril 2007), le Pape Benoît XVI les invitait à « oser l’amour ». Les membres de la Fraternité Marie-Espérance ont voulu approfondir le sens de cette expression. [...] Josée Bailly, une jeune Française d’origine ivoirienne, nous fait part de sa réflexion.


L’amour véritable : remède au sida, source de paix et de bonheur !

Oser, pour moi : c’est agir malgré les risques. L’amour : c’est Dieu ! Dieu est l’amour véritable, fort et fidèle. Oser l’amour, c’est donc agir comme Dieu, pour Dieu, et ce, malgré les appréhensions, la peur, les éventuelles conséquences de nos actions [...].

Devant toutes ces violences qui déchirent le monde, ces guerres, ces conflits entre États, entre populations, j’estime que l’amour est l’unique issue. Mais quand on parle d’amour, quand on propose la solution de l’amour, on est perçu comme un hurluberlu qui n’a pas les pieds sur terre. La majorité des gens estiment que la solution de ces conflits réside dans la diplomatie internationale, dans la politique, dans les armes, ou la force. Or, la seule force capable de changer le cœur de l’homme et l’humanité tout entière, affirme le Saint-Père, est l’amour... [...]


Josée BAILLY
(L'article complet est dans la revue Signes, vol. 43, no 1)
Je veux me procurer Signes ? Cliquer ici.
 
[HAUT]
~oOo~
 
 
Ensemble, sauvons la planète !


Certains semblent penser que l’Église catholique est déconnectée de la réalité à laquelle sont confrontés les individus et les peuples. Bien au contraire ! Malheureusement, peu de nos concitoyens savent combien l’Église est attentive aux événements mondiaux, aux situations sociales et aux problèmes de l’humanité. La présente chronique veut présenter un aspect de la doctrine sociale de l’Église.


[...] Au sommet de sa création, comme quelque chose de « très bon » (Gn 1, 31), le Créateur place l’homme. Seuls l’homme et la femme, parmi toutes les créatures, ont été créés à l’image de Dieu (cf. Gn 1, 27) : c’est à eux que le Seigneur confie la création, qu’il donne la responsabilité de prendre soin de son harmonie et de son développement. (cf. Gn 1, 26-30) Or, les êtres humains n’ont pas bien rempli leur mission d’intendants de la création. L’état de notre pauvre planète en est la preuve. [...]

Dans une lettre pastorale d’octobre 2003, les évêques du Canada écrivent : La gloire de Dieu se révèle dans le monde de la nature, et pourtant nous, les humains, sommes présentement en train de détruire la création. Vue sous cet angle, la crise écologique apparaît aussi comme une crise profondément religieuse. En détruisant la création, nous limitons notre capacité de connaître et d’aimer Dieu. [...]
 
Pour nous éclairer, l’Église vient de publier un Compendium de sa doctrine sociale. On y trouve son enseignement sur toutes les questions sociales. La sauvegarde de l’environnement occupe plusieurs pages. [...]

En annexe à cet article : 10 actions pour réduire mes émissions de gaz carbonique (CO2 ).


Marie BENOIT
(L'article complet est dans la revue Signes, vol. 43, no 1)
Je veux me procurer Signes ? Cliquer ici.

 
[HAUT]
.